Revêtements perméables des aménagements urbains : typologie et caractéristiques techniques

Image
Type
Type
Rapport
Année d'édition
Année d'édition
2021
Auteur
Picto_taxo_ Picto_taxo_
Problématiques liées à la gestion de l’eau : généraliser la gestion des eaux à la source

Ce guide synthétise la connaissance disséminée sur les revêtements perméables et intègre les nouvelles connaissances obtenues via un travail d’enquête auprès des professionnels du secteur. Ces résultats sont présentés sous formes de fiches synthétisant les notions techniques à connaitre depuis la conception d’ouvrages intégrant des revêtements perméables jusqu’à leur entretien. Les éléments présentés permettent de mieux appréhender ces solutions alternatives pour la gestion des eaux pluviales afin de faciliter leur emploi dans les villes. L’ensemble des revêtements perméables est ensuite présenté via une typologie au sein de ce document.

Aujourd'hui, plus de 80% de la population française habite en milieu urbain, entraînant une forte pression sur ces espaces où chaque mètre carré de sol est précieux. Cette réalité favorise l'utilisation des sols principalement pour des fins foncières ou routières, au détriment des espaces verts et végétalisés. Jusqu'aux années 2000, le modèle dominant impliquait l'utilisation d'enrobé ou de béton, avec une emprise importante des bâtiments pour répondre aux besoins de déplacement, d'habitation et d'activités diverses des citadins.

Avec l'intensification rapide de cette urbanisation, souvent plus rapide que la croissance démographique nationale, plusieurs limites se manifestent :

  • L'évacuation des eaux vers des exutoires communs entraîne la saturation des réseaux en période de fortes pluies, pouvant provoquer des inondations locales. Les réseaux conçus sont souvent surdimensionnés.
  • La multiplication des espaces minéralisés génère des îlots de chaleur urbains par réverbération entre les surfaces et la formation de "canyons" urbains. Ces phénomènes sont susceptibles de s'aggraver avec le changement climatique.
  • L'imperméabilisation des sols réduit la possibilité d'accueillir de la végétation et de contribuer à la constitution de trames vertes ou bleues. Cela nuit à la biodiversité en milieu urbain, déjà en déclin à l'échelle mondiale.

Depuis les années 2000, une transition vers un mode de gestion à la source se dessine. Au lieu d'évacuer les eaux vers des exutoires, on privilégie l'infiltration, le stockage et la rétention sur place des eaux pluviales. Les surfaces perméables de proximité évacuent une partie de l'eau par évapotranspiration, contribuant à abaisser les températures de l'air, garantir une humidité prolongée des sols urbains et améliorer l'aspect paysager tout en favorisant le retour de l'eau en ville.

Parmi ces solutions, les revêtements perméables se démarquent en combinant les avantages associés à la gestion des eaux pluviales avec leur rôle de support pour la voirie (véhicules, piétons, cycles et personnes à mobilité réduite). L'évolution et la performance des revêtements perméables dans le temps sont aujourd'hui remises en question, car la connaissance sur ces solutions reste dispersée et mérite d'être synthétisée. Cette étude vise à regrouper les éléments techniques de mise en œuvre et d'entretien des revêtements perméables, en fournissant des recommandations d'emploi basées sur des retours d'expérience documentés, facilitant ainsi leur utilisation future.