Développer les filières locales pour la construction durable

Image
Type
Type
Guide/Méthode
Année d'édition
Année d'édition
2014
Auteur
Picto_taxo_
Guide à destination des artisans : vous trouverez dans ce guide un ensemble d’arguments fréquemment opposés aux matériaux locaux, des réponses concrètes à y apporter, et des exemples illustrant ces réponses.

La diversité des matériaux locaux est vaste, rendant difficile toute comparaison directe entre une botte de paille et une dalle en pierre. Les fonctions, qualités et performances des matériaux varient considérablement. Comparer deux produits, qu'ils soient locaux ou conventionnels, n'est pas une tâche simple. Certains matériaux tels que la terre, la paille ou la laine de mouton peuvent être très économiques, notamment en raison de leur faible transformation, de leurs faibles coûts de transport et du nombre limité d'intermédiaires.

Le coût de la mise en œuvre des matériaux locaux est principalement influencé par le temps nécessaire et l'équipement utilisé. Bien que la mise en œuvre puisse parfois être plus longue pour les matériaux plus bruts, souvent les moins coûteux, elle peut être accélérée et les coûts réduits grâce à des investissements judicieux, tels que l'utilisation de machines spécialisées pour les bétons de chanvre ou les enduits en terre crue, ainsi que des formations spécifiques.

En fin de compte, il n'y a pas de règle générale concernant le coût des constructions utilisant des matériaux locaux. Des bâtiments, qu'ils soient tertiaires ou résidentiels, ont été construits à des coûts particulièrement compétitifs, à partir de 1100 €HT/m², tandis que d'autres, plus luxueux, ont été nettement plus coûteux. Ce constat s'applique également à la rénovation, soulignant la diversité des coûts associés à l'utilisation de matériaux locaux dans le domaine de la construction.