Réversibilité des bâtiments : points de vigilance et recommandations

Image
Type
Type
Rapport
Année d'édition
Année d'édition
2021
Auteur
Auteur
Picto_taxo_

Ce document est destiné en priorité aux professionnels de la construction (aménageurs, maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, entrepreneurs et artisans ...) qui participent à des opérations de construction ou de réhabilitation destinées à des bâtiments tertiaires, des établissements recevant du public et à de l’habitat collectif et individuel.
Il a pour objectif de faire un état des lieux des connaissances et des définitions des bâtiments réversibles, d’identifier les points sensibles et d’émettre des recommandations quant à leur conception et leur mise en œuvre. 

Face aux défis environnementaux liés à la construction et à l'évolution des pratiques urbaines, de plus en plus de projets immobiliers envisagent d'incorporer la réversibilité dans la conception de leurs bâtiments. Parallèlement, la réglementation évolue pour favoriser cette réversibilité, notamment avec des initiatives telles que la loi ELAN et la création d'une catégorie IMH pour la sécurité incendie.

La première partie du document se consacre aux enjeux et au contexte entourant la réversibilité des bâtiments, explorant diverses problématiques telles que l'obsolescence des espaces de bureau, la rareté des terrains et l'étalement urbain, les changements dans les modes de travail et d'habitation, les transformations urbaines, l'empreinte carbone liée à la construction et à la réhabilitation, ainsi que le principe d'une approche transversale basée sur l'économie circulaire. Un exemple significatif est le village olympique et paralympique de Paris 2024, qui prévoit la transformation de certains de ses bâtiments en logements temporaires pour les athlètes pendant les compétitions, suivie d'une reconversion en bureaux en phase post-événement.

Pour garantir la qualité des constructions réversibles et prévenir d'éventuelles pathologies futures, il est impératif de prendre des précautions spécifiques. Dans cette optique, la DHUP a mandaté l'Agence Qualité Construction pour mener une étude visant à identifier des enseignements et des bonnes pratiques.

La seconde partie du document détaillera les points de vigilance et les recommandations issus de l'enquête de terrain, offrant ainsi des perspectives concrètes pour améliorer la qualité des constructions réversibles.