Partager

Share icon

Mobilisation de la biomasse et production de nouvelles ressources

Soumis par amontchamp le jeu 04/04/2019 - 17:24

L'Appel à projets s'inscrit dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir (PIA) opéré par l'ADEME et vise à financer des projets innovants portés par des entreprises le plus souvent organisées en consortium.

Appel à projets : "Lutter contre l'érosion de la biodiversité"

Soumis par amontchamp le jeu 04/04/2019 - 11:10

L'appel à projets concerne tout le territoire francilien. Il vise à lutter contre l’érosion de la biodiversité et à concourir à sa reconquête, en cohérence avec la trame verte et bleue (TVB).

L’appel à projets s’adresse aux collectivités territoriales et leurs regroupements, aux associations, aux établissements publics d’aménagement, toute autre personne publique, para publique ou privée intervenant dans le cadre d’une maîtrise d’ouvrage déléguée.

Le taux de subvention maximum est de 50 %.

La gestion des eaux pluviales dans les projets d'aménagement

Soumis par analie.montchamp le lun 23/09/2019 - 10:47
Présentation

Sommaire :


#1  Rappel des enjeux

En Ile-de-France, 974 ha sont consommés chaque année par l’urbanisation (période 2003-2012), soit l’équivalent de la Ville de Paris tous les onze ans. L’imperméabilisation des sols, la suppression des ICU © Ademeécoulements naturels et la diminution de la végétation modifient fortement le cycle naturel de l’eau et engendrent des « îlots de chaleur » où l’élévation des températures nuit à la qualité de vie et à la santé de la population.

En ville, l’eau de pluie, qui ne peut plus s’infiltrer, s’écoule majoritairement par les réseaux. Les épisodes de fortes pluies peuvent saturer ce réseau et les stations d’épuration, générant occasionnellement des inondations et des déversements d’eau polluée en Seine, alors que ces eaux de pluie pourraient être infiltrées à la source ou réemployées. Par ailleurs, les effets attendus du changement climatique (une raréfaction des évènements pluvieux mais qui seront plus intenses), imposent de repenser la gestion de l’eau en ville et de considérer la contribution de l’aménagement au cycle de l’eau.

De nombreux travaux se sont attelés dans un premier temps à séparer les eaux pluviales des eaux usées (distinction entre réseau unitaire et séparatif). Or ceux-ci sont loin d’être suffisants pour assurer une gestion optimale des eaux pluviales et sont l’objet de nombreuses contraintes techniques. L’installation d’un double réseau et l’absence de contrôle a mené à de nombreux mauvais branchements (le taux peut atteindre jusqu’à 40% dans certaines villes nouvelles de la région parisienne (Apur, 2015). Ce sont ainsi des eaux usées qui se retrouvent directement rejetées vers le milieu naturel. De plus, avec un réseau séparatif, les eaux de ruissellement chargées en polluants dus au lessivage de la voiries et toitures sont rejetées directement au milieu naturel sans avoir subi de traitement préalable.

 

© Phytorestore - Thierry Jacquet
© Phytorestore - Thierry Jacquet

 

La déconnexion au réseau, via l’infiltration à la source ou d’autres techniques (stockage/évapotranspiration via des noues, bassins, toitures végétalisées, …) permettent de ne plus renvoyer toutes ou partie des eaux de pluie vers les réseaux d’assainissement. Ces techniques dites alternatives dépassent l’approche purement technique et intègrent de nombreuses autres dimensions : hydrologiques (à l’échelle du bassin versant), paysagères et préservation de la biodiversité (avec un rôle structurant de l’aménagement de l’espace), sociales (aménités urbaines, conception récréative et multi-usages), économiques (système souvent moins coûteux que les tuyaux) et lutte contre les îlots de chaleur urbains. Ces dimensions imposent de changer de paradigme et de voir l’eau non plus comme une contrainte mais comme une ressource pour l’aménagement.

 En savoir plus sur les grands jalons

 


#2   Ressources incontournables

 

APUR (Atelier parisien d'urbanisme)

Couverture référentiel APURCe référentiel est élaboré en coordination étroite avec le groupe de travail sur « la gestion des eaux pluviales » (piloté par la Direction de l’Eau du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis -CD 93-) et celui sur « la priorisation des rejets » (piloté par le Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne -SIAAP-). Ce référentiel est composé de 3 cahiers, le premier s’interroge sur les raisons d’une gestion à la source des eaux pluviales, le second sur les manières de gérer ces eaux, enfin le troisième s’intéresse aux acteurs de cette gestion intégrée des eaux pluviales. L’APUR inscrit la gestion de l’eau brute en ville dans son programme partenarial depuis 2010, aboutissant à des études qualitatives, riches en retours d’expérience. 

 

AESN (Agence de l'eau Seine-Normandie)

Guide AESNCe guide décrit de manière pédagogique le jeu d’acteurs et les règles qui encadrent l’aménagement opérationnel. Il propose en parallèle un rappel des mesures et procédures qui structurent les politiques de l’eau montrant ainsi la complémentarité des deux domaines « eau » et « aménagement » et l’intérêt évident des acteurs impliqués à collaborer de façon active. 

 

CHOCAT Bernard

Etat de l'art, GEP - B. ChocatCe document fait une synthèse des pratiques en 2008 (mais toujours d'actualité en 2019) en matière de technologies disponibles et d’études de cas pour la gestion des eaux pluviales en milieu urbain, en essayant de dégager les tendances d’évolution.

Il se divise en quatre parties décrivant successivement : les approches dont la finalité principale est la gestion des flux d’eau et de polluants, celles qui traitent les eaux pluviales comme un élément de valorisation de l’espace urbain, celles qui visent à récupérer les eaux de pluie pour les utiliser comme une ressource et enfin les approches climatiques qui utilisent les eaux pluviales urbaines comme un élément de régulation des températures dans l’habitat ou dans la ville ; certaines techniques étant plurifonctionnelles.

 

Est Ensemble

Guide Est-EnsembleCe document s’adresse aux maîtrises d’ouvrages et aux aménageurs – publics ou privés – réalisant des opérations sur le territoire d’Est Ensemble, qui, dans le cadre de leur activité, conçoivent et réalisent des ouvrages d’assainissement à vocation publique ou amenés à devenir publics à travers la rétrocession aux collectivités (à court ou moyen terme) d’espaces d’usage public. Il constitue un document de référence en matière de cahier des charges pour intégrer la gestion des eaux pluviales à chacune des phases d’un projet d’aménagement. 

 

chevron   Pour approfondir la thématique :

 


#3   L'agenda francilien en 2019

> Des évènements annuels récurrents :

> Des conférences ou colloques

> Une formation Ekopolis-AESN dédiée depuis 2018

 


#4   Les bonnes pratiques et opérations remarquables

> Retours d'expériences Ekopolis (monographies détaillées)

> Fiches synthétiques d'opérations


Pollution lumineuse et biodiversité : comment mettre en oeuvre une trame noire

Soumis par analie.montchamp le mar 18/06/2019 - 15:11

Dans le cadre de son cycle de conférences à destination du grand public, l'ARB Île-de-France a le plaisir de vous inviter à rencontrer Romain Sordello, ingénieur écologue et chef de projet  « Pollution lumineuse » et « Trame verte et bleue » à l’UMS AFB-CNRS-MNHN. Depuis une dizaine d’années, il développe une expertise sur les interactions entre éclairage nocturne et biodiversité d’une part, et sur les réseaux écologiques (corridors / fragmentation des habitats) d’autre part.

La pollution lumineuse, quel impact sur la vie ?

Soumis par analie.montchamp le jeu 23/05/2019 - 14:48

La pollution lumineuse a un impact environnemental très important que cela soit au niveau du cycle de vie des plantes ou des animaux, et par conséquent aussi pour nous, les humains !

9e assises nationales de la biodiversité

Soumis par analie.montchamp le jeu 23/05/2019 - 10:41

La tenue des Assises est marquante à plus d’un titre, permettant d’illustrer la mobilisation d’un nombre croissant d’acteurs engagés pour la préservation de la biodiversité. Aussi, elles doivent permettre de poursuivre cet engagement et d’en consacrer une forme de point d’étape par l’énoncé concret d’un certain nombre de propositions concernant l’avenir de la biodiversité dans la continuité du Plan Biodiversité et de l’Agenda de l’Action.

Saint-Gratien s'engage dans le zéro-phyto

Soumis par analie.montchamp le mer 22/05/2019 - 13:55

Le CAUE du Val-d'Oise vous invite à visiter le cimetière "zéro phyto" de Saint-Gratien.

Fin 2011, la ville de Saint-Gratien engage sa démarche d'agenda 21, puis en 2017, signe la charte «Objectif zéro phyto».

La visite sera l'occasion d'échanger sur les nouvelles pratiques d'entretien du cimetière et des espaces verts, avec les élus et responsables techniques en charge de l'agenda 21 et des espaces verts.

Journée technique - "Jardiner la ville : quelle participation des habitants ?"

Soumis par analie.montchamp le lun 20/05/2019 - 17:13

Traditionnellement la participation des habitants à la nature en ville était celle des jardins et balcons fleuris, la gestion des espaces publics étant assurée par les services espaces verts ou voirie de la collectivité. Les rapports entre la ville et ses habitants évoluent. Les citadins sont de plus en plus nombreux à vouloir se réapproprier les espaces publics. Les initiatives sont nombreuses, et elles répondent à trois enjeux majeurs :