Partager

Share icon

ADEME recherche

Soumis par mathilde.ponche le lun 13/07/2020 - 12:42

Résumé :

Depuis près d'une décennie, l'ADEME soutient les avancées scientifiques sur les dispositifs permettant de rafraîchir les villes, par le financement d'états de l'art, de programmes de recherche et de thèses de doctorat dédiées au sujet.

Au sommaire de ce numéro :

Exposé: Rafraîchissement urbain : une décennie de recherche interdisciplinaire;

Mode d'occupation du sol

Soumis par mathilde.ponche le lun 13/07/2020 - 11:20

Le sol, un bien rare et précieux

Le sol assure aux humains comme à tous les êtres vivants des services essentiels : nous en tirons notre nourriture, nos habitats, nos énergies ; nous y déployons nos activités les plus diverses ; nous y aménageons des voies d’accès à tous les points de la terre ; il est un support principal de la biodiversité ; il contribue à recycler les déchets organiques, à réguler le cycle de l’eau, à réguler même le climat par sa capacité à retenir le carbone.

Imaginons ensemble les bâtiments de demain

Soumis par mathilde.ponche le ven 12/06/2020 - 13:58

Les bâtiments sont un élément essentiel de notre cadre de vie, mais se renouvellent lentement.

Dans une période de grandes mutations – changement climatique, développement du numérique, évolution des modes de vie et du travail, vieillissement de la population, mutations des territoires, etc. –, l'adaptation du parc de bâtiments au contexte et aux besoins de demain est un défi important pour les acteurs de la construction et de la rénovation, pour les acteurs de l'immobilier, comme pour l'ensemble des usagers.

Transition, piège à con ? - Documentation de l'ICEB café

Soumis par analie.montchamp le mar 02/07/2019 - 11:34

Du fait de la crise climatique, l’histoire de l’énergie connaît actuellement un regain d’intérêt. Selon certains historiens, l’examen des « transitions énergétiques » du passé permettrait d’élucider les conditions économiques propices à l’avènement d’un système énergétique renouvelable. Cette histoire repose sur un sérieux malentendu : ce qu’elle étudie sous le nom de « transition énergétique » correspond en fait très précisément à l’inverse du processus qu’il convient de faire advenir de nos jours.