Partager

Share icon

Ensemble Hérold

Encart
Fiche technique
Programme
Habitat collectif
100 logements sociaux PLA PLI
Année de livraison
2008
Adresse
75019
Paris
Contexte
Urbain dense
Distinction(s)
Autre
Surfaces
SHON
7500
Coût
Coût travaux
14000000
HT
Acteurs
MOA
Architecte
BET
Texte de présentation
Cette réalisation a fait l'objet d'une visite par Ekopolis à l'automne 2009 en partenariat avec la Cité de l'architecture à l'occasion de l'exposition Habiter écologique.
Réalisation sélectionnée par la Cité de l'architecture et du patrimoine dans le cadre de l'exposition Habiter écologique.

Partenaires


Cité de l'architecture

« Ce projet résulte de la prise en compte de règles urbaines et écologiques dans la création d’une nouvelle réponse sur le thème de l’immeuble collectif de ville. »

100 logements sociaux à Paris 19ème

Confrontés à diverses contraintes conjoncturelles telles que les gabarits et prospects haussmanniens, la préservation d’arbres anciens et des surfaces non constructibles, Jakob et Macfarlane ont conçu ces trois immeubles comme les composantes d’un nouvel espace urbain.

Les volumes « organiques » des bâtiments sont délimités par des lignes incurvées en plan et en coupe. Cette morphologie creusée de coursives profondes (presque 2 m) et de balcons diversifie les angles de vue et contribue à la protection des logements contre le vent et le soleil. Au-delà d’un parti esthétique intéressant, cette architecture sert une démarche bioclimatique. Elle se traduit par une isolation extérieure, de petites fenêtres face au nord et des ouvertures toute hauteur pour capter la lumière et la chaleur solaire dans les directions sud, sud-est et sud-ouest. De plus, un store souple translucide en ETFE peut transformer les balcons en jardins d’hiver protecteur, chauffant les logements par effet de serre.
Détail constructif inédit, les « nez » de dalle portent des plaques de pierre volcanique poreuse support de mousse et de graminées, qui dessinent des franges vertes sur le béton teinté dans la masse d’une couleur terre inspirée de celle du terrain. A l’abri de l’ancien mur d’enceinte en meulière de l’hôpital Hérold, ces immeubles inscrivent leur silhouette singulière dans un projet d’aménagement coordonné par Philippe Madec.

Portrait

Dominique Jakob est diplômée d’histoire de l’art et architecte DPLG. Brendan Macfarlane est diplômé du South Californian Institute of Architecture et de la Harvard Graduate School of Design. Tous deux ont enseigné à l’ESA (Ecole spéciale d’Architecture) à Paris dans les années 1998/99 et ils sont co-fondateurs de « Périphérique », à l’origine d‘expositions, conférences et publications, dont « 36 modèles pour une maison » (1998).

Cette agence parisienne à double culture franco-américaine est l’une des plus inventives de sa génération. Du restaurant George au sommet du Centre Pompidou à ces 100 logements dans l’est de Paris, il serait artificiel de prétendre isoler un thème directeur unique, leurs projets étant de natures très différentes. Les lignes incurvées ouvrant de complexes perspectives semblent cependant une constante dans leur production. Sollicitant une vision « mobile » séquentielle, en rupture avec la perception « statique » que suscite un ordonnancement classique, leur architecture fluide, dynamique et « interactive » aborde le 21ème siècle avec une forme d’optimisme bien sympathique.

Critères

(humain / usages) Les rez-de-chaussée abritent des logements réservés aux personnes handicapées tournés vers un jardin public et des commerces ouvrant sur la rue.

(énergie / ambiances) Les appartements bénéficient de plusieurs orientations et de baies toute hauteur protégées par les importants porte-à-faux des balcons et coursives.

(démarche / influences) Des plaques de pierre de tuf sur lesquelles poussent des graminées et des mousses composent une « ceinture » verte à chaque étage.

(matériaux / techniques) Le recours à un béton auto plaçant teinté dans la masse a permis de réduire l’épaisseur des refendes et des dalles pour alléger la silhouette des immeubles R+6.

(matériaux / techniques) Un rupteur thermique et acoustique isole les coursives de la dalle de sol des logements.

(énergie / ambiances) Des capteurs solaires en terrasses pourvoient à 65 % des besoins en eau chaude sanitaire.

(énergie / ambiances) Des stores translucides en ETFE permettent de transformer les balcons en jardins d’hiver protégeant et chauffant les logements en hiver.

Jean-Pierre Ménard


Auteur : Jean Pierre Ménard