Partager

Share icon

Ecole maternelle Ernest Renan

Requalification HQE d’un bâtiment typique des années 60 : extensions et restructuration très lourde

Encart
Fiche technique
Programme
Equipement scolaire ou universitaire
Requalification HQE d’un bâtiment typique des années 60 : extensions et restructuration très lourde
Année de livraison
2007
Adresse
21, rue Ernest Renan
92130
Issy-les-Moulineaux
Contexte
Rural
Type d’intervention
Réhabilitation
Restructuration
Distinction(s)
Autre
Surfaces
SHON
1741
SDO
1412
SU
1294
Coût
Coût travaux
2416160
HT
Aides financières
Conseil régional
Calendrier
2007
Livraison
Texte de présentation
Cette réalisation a fait l'objet d'une visite par Ekopolis au printemps 2009 en partenariat avec la Cité de l'architecture à l'occasion de l'exposition Habiter écologique.

Partenaires

Réalisation sélectionnée par la Cité de l'architecture dans le cadre de l'exposition Habiter écologique.

Cité de l'architecture

« Il n‘y a pas assez de dialogue environnemental avec les entreprises, ce qui conduit à promouvoir sur le chantier une pédagogie de prise en compte des objectifs environnementaux du projet impactant réellement la réalisation » François. R. Leclercq

 

École maternelle Ernest Renan, Issy-les-Moulineaux

Cette école consiste en l’extension d’un corps existant et de sa mise aux normes environnementales, notamment en termes d’isolation et de confort de vie. La matrice originale est un bâtiment préfabriqué en béton, stéréotypé, modèle très courant des années 1960, d’architecture peu accueillante et très énergivore. Les architectes Leplat & Leclercq ont conservé la structure en béton et ouvert l’intérieur dans un rapport avantageux avec le contexte, grâce à des percées multiples (modulables par des stores extérieurs), à hauteur des enfants. Elles participent d’une dilatation spatiale remarquable.
Deux extensions (Nord-Ouest et Sud, réalisées en structure bois) installent de nouvelles fonctions pédagogiques, et inscrivent une architectonique autorisant une isolation par l’extérieur qui englobe l’ensemble, ainsi qu’un jeu volumétrique et de parement extérieur isolant en ossature bois en rupture totale avec la monotonie originelle. La preuve à l’étage, où le corridor central qui dessert les classes, auparavant aveugle, est percé par des lanterneaux zénithaux jouant le double rôle d’apport de lumière naturelle et de ventilation. Étant donné l’absence d’allège, des panneaux radiants sont suspendus au plafond, entre dalles acoustiques. En outre, un système de détection de CO2 déclenche la ventilation de confort et régule la qualité de l’air intérieur. La toiture végétalisée et ses panneaux solaires offre un aplat graphique pour les habitations de grande hauteur voisines. En outre, un bassin de rétention des eaux d’orages est disposé sous la cour, une partie des eaux pluviales est récupérée pour alimenter l’arrosage des espaces extérieurs. In fine, le bâtiment dépasse les attentes de la réglementation thermique RT 2005.

Démarche

L’école Ernest Renan est un jalon dans une démarche entreprise dès les années 1980 par les architectes Véronique Leplat et François-R. Leclercq, initiée par une formation à l’École d’Architecture de Paris-la-Villette (ex-UP6) dans l’atelier bioclimatique d’Alexandroff et du programme des Maisons Solaires à Lyon. Préoccupés par les usages avant tout, ils engagent dans chacun de leur projet une attention particulière qui se traduit par des principes de conception architecturale intégrant valeur d’usage du batiment et approche bioclimatique très contextuelle en fonction du site. En métropole ou en territoire Outre-mer, en neuf comme en réhabilitation, ils appliquent ces principes au cas par cas. « Il y a vingt ans, l’architecture bioclimatique n’a pas pris. Sans doute, parce qu’il n’y avait pas de retour sur investissement. Les panneaux solaires existaient, mais il n’y avait pas les enjeux actuels. Alors, nous nous battions pour imposer une réponse architecturale diversifiée et environnementale, par exemple :  les bonnes orientations des locaux, notamment en ce qui concerne les logements. (…) En l’espace de deux trois ans, on a assisté à une accélération de la prise de conscience des décideurs » explique Véronique Leplat.

Critères

  • Démarche / influence : Atelier Alexandroff à l’École d’architecture de la Villette.
  • Site / territoire : Leclercq-leplat interviennent souvent sur des bâtiments existants, à revaloriser. Ils puisent dans le potentiel et oeuvrent par une douce mutation, afin de les rendre confortables.
  • Matériaux / Techniques : Application du bon sens architectural et des techniques éprouvées en matière d’économie d’énergie.
  • Humain / Usage : Réalisation de nombreux équipements, notamment des écoles, avec une attention singulière aux usagers.

Rafael Magrou

 

Pour aller plus loin
Ressources associées