Partager

Share icon

Cité des Courtillières

Encart
Fiche technique
Programme
Habitat collectif
Réhabilitation/restructuration
Année de livraison
2014
Adresse
avenue des Courtillières
93500
Pantin
Contexte
Grand ensemble
Type d’intervention
Réhabilitation
Restructuration
Distinction(s)
Autre
Surfaces
SHON
45172
(surface du projet)
Coût
Coût travaux
38259860
2014-05-00T00:00:00
(coûts prévisionnels)
Acteurs
Architecte
Entreprise
Plasticien-graphiste
Texte de présentation

Réalisé entre 1954 et 1966 à Pantin en Seine-Saint-Denis par l'architecte Emile Aillaud, cet ensemble de plus de 1,5 km de long et composé de 635 logements collectifs est aujourd'hui labellisé patrimoine du 20ème siècle et achève une nouvelle mue.

Sa lourde réhabilitation devait répondre à des contraintes fortes : s'intégrer dans le cadre d'un PRU (Projet de rénovation urbaine) qui dépasse le périmètre du bâtiment, conserver l'esprit d'une œuvre emblématique en retenant des techniques sortant des pratiques courantes et présentant des qualités esthétiques et durables, et enfin adapter le projet à une population dont les usages ont évolués.

Ce grand ensemble avait déjà fait l'objet d'une première phase d'isolation par l'extérieur dans les années 1990, visant à rénover l'ensemble tout en conservant l'identité du projet original. La pose d'un enduit mince sur isolant respectait globalement les teintes et les dégradés d'origine.

Cependant le vieillissement et la condamnation des rez-de-chaussée rendait nécessaire une nouvelle intervention pour redonner au quartier une dynamique perdue. Un deuxième projet de démolition/rénovation est lancé en 2001 et présenté en 2004 à l'ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine), mais il finit par s'enliser.
En 2007 une mission interministérielle dirigée par l'architecte Francis Chassel reprend le projet de rénovation et conlut sur 3 demandes principales :
- la diminution de moitié des démolitions prévues à l'origine,
- le respect de l'aspect initial des façades,
- la conservation maximale du relief et du caractère du parc.

La réhabilitation lourde des façades et de 513 logements réalisés par l'architecte Dominique Renaud (Cabinet RVA) et l'entreprise GTM pour le compte de Pantin Habitat, de 2007 à 2014, a su répondre aux contraintes énergétiques en mobilisant des savoirs-faire de pointe.

Un système de bardage est retenu pour les façades, basé sur des plaques ciment et recouvertes de panneaux de mosaïque de pâte de verre semi-opaque. La déclinaison graphique et colorimétrique est confiée à un plasticien, Pierre di Sciullo, et demandera 3 ans d'étude et une ATEx (Appréciation technique d'expérimentation) délivrée par le CSTB.
Le choix d'un bardage impose de venir rechercher le gros œuvre pour assurer la fixation de l'ossature en bois du bardage. Un isolant complémentaire en laine de verre d'une épaisseur de 6 cm est posé entre l'ancienne ITE (isolation thermique extérieure) conservée, de 6 cm d'épaisseur également, et l'ossature du nouveau bardage.

Les rez-de-chaussée sont traités de façon spécifique. Anciennement composés de locaux techniques et de caves dont l'usage a été dévoyé au cours des années, la maîtrise d'ouvrage décide de supprimer les accès extérieurs en les murant avec des blocs de béton laissés bruts. Pour respecter l'alternance des vides et des pleins du bâti d'origine, les anciennes portes des caves sont remplacées par des habillages de tôles en acier.