Partager

Share icon

EcoQuartier de l'Eau-Vive

2435-EPA AERIEN2013_0435_BD.jpg
Encart
Fiche technique
Programme
Equipement culturel
Equipement scolaire ou universitaire
Habitat collectif
Année de livraison
2020
Nombre d’habitants de la commune
Nombre d'habitants de la commune
13242
Adresse
77127
Lieusaint
Sénart
Contexte
Extension urbaine
Type de procédure
ZAC
Type d'intervention
Construction
Distinction(s)
NQU
Surface(s)
Surface
24,7 ha
Coût(s)
Coût total
27281000
HT
Aides financières
Conseil régional
2050000
Acteurs
MOA déléguée
AMO
Développement durable (ZAC de la Pyramide)
Maître d'œuvre
Maître d'œuvre
aménagement paysager
Promoteur
Promoteur
Promoteur
Promoteur
Promoteur
Promoteur
Promoteur
Calendrier du projet
1996
Création de la ZAC

ZAC de la Pyramide

1996
Création de la ZAC

ZAC Université-Gare

Texte de présentation

Résumé du projet

La commune de Lieusaint, d’une population de 13 242 habitants en 2015, est située en Seine-et-Marne au sein de la ville nouvelle de Sénart, à 33 kilomètres au sud-est de Paris. La ville s’est fortement urbanisée dans les années 1980, voyant sa population se multiplier par dix, passant de 510 habitants en 1982 à 5 200 en 1990. En croissance continue depuis cette époque, et identifiée par le SDRIF comme un territoire à fort potentiel de densification, la commune fait face à une demande importante de logements.

La ville est desservie par la N104 et l’A5. En termes de transport en commun, l’offre est conséquente avec la gare du RER D Lieusaint Moissy et le bus à haut niveau de servie TZen 1, et sera complétée en 2020 par l’arrivée du TZen 2. 

D’une surface de 24,7 hectares, l’EcoQuartier de l’Eau-Vive est situé sur la ZAC de la Pyramide et la ZAC Université-Gare, créées 1996. Le projet est porté par la Communauté d'agglomération de Sénart et par la ville de Lieusaint, qui ont confié la maîtrise d’ouvrage déléguée à EPA Sénart, qui assure également la maîtrise d’œuvre. C’est une opération d’extension urbaine qui a pour but de répondre aux enjeux de logements, tout en opérant une densification par une programmation portée sur le logement collectif, contrastant avec le tissu pavillonnaire dominant. L’enjeu est de permettre un développement urbain en continuité avec le centre-ville, s’insérant dans le tissu existant malgré une programmation en rupture avec le modèle de développement actuel.

L’opération est divisée en deux phases : la première sur un terrain agricole et la seconde sur une friche laissée par l’ancienne sucrerie. Le portage foncier est assuré par l’EPA Sénart et l’Etat qui étaient, à eux deux, déjà propriétaires de l’ensemble des terrains. 

Ambitions environnementales

Densification et intégration dans le tissu existant

L'extension urbaine se fait en continuité immédiate et apporte une diversification du tissu existant tout en s'y intégrant. En effet, sur ce territoire très majoritairement de type pavillonnaire, le nouveau quartier propose 98% de logements collectifs et une densité de 117,19 logements/ha. Cette rupture avec le développement pavillonnaire s'accompagne d'une mixité des fonctions urbaines : logements, commerces, bureaux et équipements publics sont présents dans le nouveau quartier. Ce parti pris urbanistique répond aux enjeux liés à la densification dans les zones péri-urbaines sans dénaturer l'identité du lieu.

Mobilités

L'intégration de ce nouveau quartier à la commune est permise par un système de transports très performant. D'une part les transports en communs sont très développés avec la gare RER, le bus à haut niveau de service TZen, et la gare routière. D'autre part, les mobilités douces sont largement mises en valeur dans le programme avec la création de pistes cyclables et de cheminements doux comme la coulée douce. Le développement de ces deux aspects de la mobilité permettent au quartier d'être à la fois bien desservi et agréable à vivre en raison de la limitation de la place de la voiture et de la place importante laissée aux piétons.

Trame verte et bleue

Le quartier, particulièrement dans sa deuxième tranche, développe une réflexion sur la trame verte et bleue. Le territoire étant riche en biodiversité grâce à ses terres agricoles, une charte a été signée en 2014 avec des agriculteurs afin de réduire l'agriculture intensive et de développer les AMAP et la cueillette. La biodiversité est prise en compte dans l'aménagement du projet avec la mise en place de noues et la création d'une serpentine, paysage de rivière avec des zones d'eau vive et calme. Enfin, le choix des végétaux s'est porté prioritairement vers des espèces indigènes.

Programmation

Deux phases : 

> L'une courte :
- 1 181 logements dont 258 sociaux (22%)
- 25 000 m2 de bureaux
- 1 500 m2 de services et commerces
- Logements étudiants

> L'une sur le long terme  :
- 800 logements complémentaires
- Equipements culturels et éducatifs

Distinctions

Le projet a obtenu le label national EcoQuartier étape 3 pour la tranche 1 en 2017

Ressources associées

Diagnostic territorial de la ville de Lieusaint, 2013

Les projets de Sénart, EPA Sénart, 2017