Partager

Share icon

Eco-quartiers ruraux du Parc naturel régional du Gâtinais français

abdpa_Bouray_APD_Pieces graphiques-1.jpg
Encart
Fiche technique
Programme
Equipement cultuel ou funéraire
Equipement culturel
Habitat collectif
Habitat individuel
Année de livraison
2019
Adresse
PNR du Gâtinais
Contexte
Rural
Type de procédure
N/A
Type d'intervention
Reconversion
Réhabilitation
Rénovation
Distinction(s)
Autre
Label TEPCV, Label EcoQuartier étape 2
Surface(s)
Surface
756
Aides financières
TEPCV
2000000
HT
Acteurs
BET
Etudes préalables Bouray-sur-Juine
Maître d'œuvre
Boigneville
BET
Etudes préalables Chevannes
Maître d'œuvre
Chevannes
Calendrier du projet
2010
Début des études
Texte de présentation

Résumé du projet

Entre 2010 et 2014, douze communes ont été bénéficiaires de l’appel à projet « aménagement durable » du Parc naturel régional du Gâtinais français, en Essonne et en Seine-et-Marne. Dans ce cadre, le parc a financé les études préopérationnelles et accompagné les communes dans la définition de projets d’urbanisme et d’architecture, intégrant des objectifs de qualité environnementale. Cette réflexion a été menée en collaboration avec les maîtres d’ouvrage respectifs des projets, ainsi qu’avec les habitants. Le Parc naturel régional du Gâtinais français les accompagne ensuite tout au long de la réalisation des opérations

L'ensemble de ces projets fait l'objet d'un réaménagement à partir du bâti ancien, privilégié à l’extension. De manière générale, la préservation du patrimoine bâti existant est au coeur des préoccupations ainsi que l'optimisation du foncier dans les communes. Par ailleurs, une grande attention a également été portée sur l’amélioration du confort thermique et les économies d’énergie. Enfin, des efforts ont été faits pour limiter l’énergie grise avec un encouragement à l'utilisation de matériaux locaux et biosourcés. Pour cela, il a été fait appel à la filière chanvre locale, soutenue par le parc, qui se développe de plus en plus sur le territoire. La maison du Parc naturel régional à Milly-la-Forêt avait déjà fait appel à cette filière lors de sa construction en 2013. L'entreprise Gatichanvre cultive un chanvre entièrement local, sur plus de 900 hectares sur le territoire du Gâtinais. Ce matériau peu coûteux et facile à produire sert pour l'isolation naturelle des bâtiments, mais aussi à la construction sous la forme de béton de chanvre. 

Ainsi le mot d'ordre est : concilier préservation du patrimoine et prise en compte des enjeux liés à la transition énergétique, tout en privilégiant la densification pour revitaliser les centres-bourgs. Cette démarche a été récompensée par le label « Territoire à énergie positive pour la croissance verte » (TEPCV) pour sa volonté de développement économique rural et le recours à des filières d'éco-matériaux (chanvre et bois-énergie). Le label EcoQuartier étape 2 a, lui, été obtenu par les communes de Maisse, Chevannes et Boigneville. Cette initiative du Parc naturel régional du Gâtinais français donne lieu à des projets labellisés, atypiques dans le contexte francilien en raison de leur situation rurale et de leur dimension très réduite. En effet, les opérations sont généralement limitées à quelques bâtiments, voire un seul. 

 

Bouray-sur-Juine

A Bouray-sur-Juine, commune rurale de 2207 habitants en 2015 et reliée à Paris par la gare du RER C Bouray-Lardy, l'opération consiste en la réhabilitation du presbytère sur 530 m2. Celui-ci doit faire l'objet d'un usage mixte : d'une part, la création d'un gîte d'étape et de cinq nouveaux logements en plus de celui du prêtre, dont trois adaptés aux personnes à mobilité réduite, et d'autre part, une salle paroissiale, une salle associative et des locaux communs. Une terrasse et des jardins à usage collectif complètent le programme. La concertation a pris une place importante dans le processus de conception, à travers des groupes de travail avec des habitants volontaires et le bureau d'études Ligne 7 Architecture. L'objectif était de concilier au mieux les attentes de la paroisse, des habitants, et de la commune. L'opération, dont les travaux devraient commencer au deuxième semestre 2018, affirme des ambitions fortes en termes environnementaux, en premier lieu avec un objectif d'économie d'énergie de 130 200 kWh/an, et également avec la préservation d'espaces non-bâtis.

 

Le jardin du presbytère de Bouray-sur-Juine avant travaux - © ABDPA
Le jardin du presbytère de Bouray-sur-Juine avant travaux - © ABDPA

 

Ce projet s'inscrit dans une démarche globale de la municipalité en faveur d'un logement plus écologique. La commune avait déjà réalisé en 2015 un ensemble de dix logements sociaux en ossature bois. Enfin, le PLU de Bouray-sur-Juine inclut la démarche BIMBY (Built In My Backyard) qui vise à limiter l'étalement urbain en incitant les habitants à une densification réfléchie sur leur parcelle. De manière générale, la commune mène une politique active de densification de l'existant.

 

Boigneville

Boigneville est un village de 412 habitants situé à l'extrême sud de la région Île-de-france, en limite du département du Loiret. La commune est desservie par le RER D. Celle-ci souhaite aménager un nouveau logement social de 70 m2 dans une ancienne remise agricole inutilisée dont elle est propriétaire. Cette rénovation s'inscrit dans une double volonté de préservation de l'architecture existante et de performance énergétique. Ainsi, des matériaux locaux ont été utilisés, notamment le chanvre produit localement, ainsi que des matériaux de réemploi issus de la maçonnerie et de la charpente, ce qui permet de réduire la dépense en énergie grise. Des maçonneries existantes sont conservées en raison de leur forte inertie, ce qui permet d'optimiser le niveau de confort thermique. L'économie d'énergie visée est de 30 312 kWh/an. Le projet fait également une place à la biodiversité avec des jardins en terrasse accueillant des gîtes et nichoirs à chauve-souris.

 

Le bâtiment du futur logement social avant rénovation - © ABDPA
Le bâtiment du futur logement social avant rénovation - © ABDPA

 

Chevannes

La commune de Chevannes, 1721 habitants en 2015, a reconverti la bergerie d'une ferme seigneuriale en espace culturel. Celui-ci comprendra une salle polyvalente de 100 places, un bar et un logement. Cette reconversion d'anciens locaux associatifs porte, comme les autres projets du Parc naturel régional du Gâtinais français, une attention à la fois sur la valeur patrimoniale et sur l'efficacité énergétique. La réutilisation des structures anciennes s'est accompagnée d'une rénovation thermique et une optimisation du confort été/hiver. De plus, l'énergie grise dépensée est limitée par le recours au chanvre local. La salle est conçue comme un volume à l'intérieur de la bergerie existante. Ce procédé permet d'optimiser à moindre coût l'isolation thermique et phonique de l'équipement. Au total, les économies d'énergies sont censées s'élever à 161 364 kWh/an.

 

La halle de la ferme des Seigneurs : futur espace culturel - © Ekopolis
La halle de la ferme des Seigneurs : futur espace culturel - © Ekopolis

 

Par ailleurs, sur l'ensemble du corps de ferme, une autre partie est destinée à être également réhabilitée afin d'accueillir des logements sociaux. Enfin, l'association SOS Médecins Essonne en occupe une partie où elle assure une permanence de généralistes 24h/24 pour l'ensemble du département.

 

Distinctions

Label Territoire à énergie positive pour la croissance verte en 2014 pour Boigneville, Bouray-sur-Juine, Châtenoy, Chevannes, Fleury-en-Bière et Villiers-sous-Grez

Label du programme national EcoQuartier étape 2 en 2017 pour Boigneville, Chevannes et Maisse

Ressources associées

Présentation des sites TEPCV du Parc naturel régional du Gâtinais français

Pour un urbanisme durable. Guide du Parc naturel régional du Gâtinais français à destination des élus et des porteurs de projet