Partager

Share icon

20 habitations groupées BBC

1-PHO-Briourde.jpg
Encart
Fiche technique
Programme
Aménagement urbain
Habitat individuel
20 maisons individuelles composées de 13 habitations groupées en front bâti linéaire (9 T4 et 4 T3 en duplex), 3 habitations de type T4 en équerre, et enfin 4 habitants groupées par 2
Année de livraison
2012
Nombre d’habitants de la commune
Nombre d'habitants de la commune
6700
Adresse
43100
Brioude
Contexte
Rural
Type de procédure
Lotissement
Type d'intervention
Construction
Distinction(s)
RT 2005
Surface(s)
SHON
2196.3
Coût(s)
Coût travaux
3245851
HT
Calendrier du projet
2012
Livraison
Texte de présentation

A noter : Exceptionnellement cette opération n'est pas située en Ile-de-France.
Le cycle de conférence Retour sur le durable, organisé avec le Conseil régional de l'Ordre des architectes au premier semestre 2017 avait pour objet de présenter des opérations d'aménagement de maisons individuelles pour faire suite à l'adoption de la loi LCAP en juillet 2016. 

Selectionné dans le cadre de l'appel à projet Bâtiments démonstrateur d'énergie (ADEME et Conseil régional de l'Auvergne) en 2010, ce projet est également 1er prix dans la catégorie logements individuels groupés  des lauriers de la construction bois 2013. 

 

Contexte et principes urbains
L’aménagement urbain s’appuie sur les particularités des parcelles concernées par le projet. Deux voies principales desservent l’ensemble des habitations tout en favorisant les évolutions possibles du tissu urbain sur les parcelles contiguës. Une troisième voie, plus modeste, dessert le versant de la Prade. Cet ensemble de 20 maisons a nécessité un nouvel aménagement urbain pour assurer sa desserte. La trame viaire créée prend en compte les aménagements futurs pour éviter la multiplication de voies nouvelles. 
Au cœur de la parcelle prinicpale se trouvent les jardins privatifs et un espace collectif comprenant une aire de jeux pour les enfants. 
Des plantations d'arbres ponctuent les espaces publics et les jardins privatifs. Un bosquet de noyers termine la promenade à l'ouest et annonce l'espace public minéral servant de desserte aux maisons en accession à la propriété et d'aire de retournement. 

Figures architecturales, spécificités du bâti et confort thermique
Alors que le programme du maitre d’ouvrage demandait la conception de maisons individuelles ou doubles desservies par une voie centrale, le projet s’oriente dès le départ vers un habitat groupé plus complexe partageant des espaces extérieurs communs reliés par des cheminements piétons.

Plutôt que de répondre strictement à la réglementation thermique en vigueur au départ du projet (RT 2005), l’ensemble des logements est labélisé BBC EFFINERGIE 2005 

Les habitations ont été conçues en ossature bois de section 45 x 180 mm d’épaisseur permettant la mise en place d’un isolant occupant la totalité de l’épaisseur des caissons. Une contre ossature a été fixée sur l’ossature primaire, précédemment décrite, permettant la mise en place d’un complément d’isolation de 60 mm d’épaisseur supprimant ainsi les ponts thermiques constitués par les montants et les traverses en bois ainsi que les rehausses en béton.

Les toitures terrasses de la totalité des habitations sont végétalisées. Il s’agit d’une végétalisation dite extensive, le substrat est de faible épaisseur, les végétaux qui s’y développent (sédums) sont de faible hauteur et nécessitent peu d’entretien et pas d’arrosage. 

Les menuiseries extérieures sont en bois lamellé collé mélèze. Les vitrages doubles, à isolation renforcée, sont peu émissifs et un gaz argon remplit le vide entre les verres composant les baies vitrées. Une occultation des baies et fenêtres est assurée par des persiennes en pin sylvestre protégés par des cadres en bois capotés en zinc prépatiné.

Gestion des eaux pluviales

Intégrer la gestion des eaux de pluie, s'est traduit de différentes manières dans ce projet.

L’objectif a essentiellement été de limiter les surfaces étanches :
- en ayant recours aux toitures végétalisées ; la végétation absorbe une bonne partie des eaux de pluie, stocke et filtre les eaux excédentaires avant de les libérer petit à petit,
- en mettant en œuvre des revêtements de surfaces perméables sur assise de fondation drainante tels que le stabilisé perméable pour toutes les voies piétonnes, certains espaces publics, les allées desservant les habitations ou des dalles alvéolées en béton pour les emplacements de stationnement,
- en développant la biorétention de l’eau, c’est à dire favoriser l’infiltration des eaux de ruissellement, la filtration, le stockage et la captation par la végétation directement à la source sans reporter le problème dans la distance,
- en créant des noues paysagères, qui drainent l’eau de ruissellement en surface et favorisent son infiltration dans le sol,
- les haies interceptent l’eau de pluie sur la surface des feuilles, une partie de cette eau retourne dans l’atmosphère en s’évaporant.
Le projet porte une attention particulière à la collecte, le transport, le stockage et la libération de l’eau de pluie afin d’aboutir à une réalisation à la fois durable et visuellement agréable et valorisante. Les espaces extérieurs périphériques sont abordés en tant qu’aménagements paysagers et « jardins de pluie ».

 

Pour en savoir plus sur le projet

> Consulter la page du projet sur le site de l'Atelier du Rouget