Aller à l'accueil - Aller au menu - aller au contenu
Ekopolis est une association francilienne soutenue par l'ADEME, les CAUE, l'Ordre des architectes, les services de l'Etat et ses adhérents.

Ressource

Viadeo
 
  • Qualité de l'air et émissions polluantes des chantiers du BTP
  • Auteur(s)
    ADEME
  • Type de document
    Rapport
  • Année d'édition
    2018
  • Pagination
    142 p.
  • Thématique
    Construction
  • Site web
    Consultez le rapport

Rapport Ajouter à ma liste de lecture 

Qualité de l'air et émissions polluantes des chantiers du BTP

Mots-clés:

L'ADEME publie un rapport réalisé par SETEC Energie Environnement pour son compte sur qualité de l'air et les émissions polluantes des chantiers du BTP qui fait état des connaissances et des mesures d'atténuation dans le bâtiment et les travaux publics. 

Les activités des chantiers du bâtiment et des travaux publics (BTP) émettent de nombreux polluants dans l'air. Selon les inventaires d'émissions du CITEPA, les activités du BTP contribuent en France de manière significative aux émissions nationales de polluants (données 2014), notamment pour les poussières, les particules fines et les composés organiques volatils non méthaniques. La nature et l'ampleur relative de ces émissions varient selon les types de chantier et empêchent donc toute généralisation des résultats parcellaires issus d'études de cas.


Quelques grandes tendances peuvent tout de même être données :
  • Les chantiers de démolition de grande ampleur émettent, sur des durées restreintes, beaucoup plus de poussières (TSP) et de particules fines et ultra-fines (PM10, PM2,5, PM1) que les chantiers de construction. Des mesures d'atténuation pour protéger du vent peuvent s'avérer très efficaces, comme les jets d'eau ou les barrières physiques, qui sont souvent utilisées dans les chantiers du BTP 
  • Dans les chantiers de construction/réhabilitation, les activités de terrassement et l'utilisation d'engins de chantiers sont fortement émettrices de poussières et de particules fines. De multiples mesures d'atténuation existent, dont beaucoup relèvent « du bon sens », comme l'aspersion, le bâchage ou lalogistique, etc... ;
  • Des émissions de COVNM sont plutôt observées avec la pose d'enrobés ou l'utilisation de peintures et autres produits à base de solvants. Peu d'études sont connues sur la quantification de ces émissions quireprésentent une très large famille de substances et qui sont complexes à analyser. Pour les peintures, les émissions de COVNMpeuvent être atténuées grâce à une réglementation se traduisant par des teneurs limites de COV par litre de produit. Pour la pose d'enrobés, de nouvelles techniques se développent (recours aux enrobés tièdes) et devraient permettre d'atténuer leurs émissions en COVNM.
Enfin, la mise en oeuvre des chantiers du BTP dans certaines régions ou pays peut être plus contraignante qu'en France, notamment lorsque le risque est particulièrement élevé :
  • Quota d'émissions à ne pas dépasser ;Mise en place d'une surveillance systématique de la qualité de l'air ;
  • Restrictions d'utilisation des engins motorisés (temps de fonctionnement au ralenti, obligation d'entretien, standards d'émissions minimums, etc ...).
 
Restructuration du lycée Jean-Baptiste Corot
Cette réalisation a fait l'objet d'une visite par Ekopolis au...
En savoir plus
Requalification de la résidence Paul Langevin
Ce projet a été étudié par l’Observatoire...
En savoir plus
Logements sociaux et commerces
Ce projet a été étudié par l’Observatoire...
En savoir plus
Velizy Green
Lors du départ du locataire de l'immeuble en 2009, la SCPI...
En savoir plus
 
 
Aller à l'accueil - Aller au menu - aller au contenu